jeudi 15 octobre 2009

Rencontre

Une vague boule dans la gorge, je sens les coups que l'enfant porte. Sa tête rencontre la fenêtre. Une vague boule dans la gorge, je tamponne l'oeil de l'enfant. La griffure sur et sous sa paupière ne saigne pas.
Une vague boule dans la gorge, je cajole l'enfant, lui tient la main. La petite main qui se crispe de rage non contenue.

Et alors, cette boule, cette boule, elle enfle, elle enfle,
comme un sample infini, qui me fait leur dire, mettez vous en rang!!
Qui me fait me tenir éloignée d'eux, un peu contre eux, je tiens mon rang.
Ne jamais dépasser le rang. Parfois contre.

Une vague boule dans la gorge, je suis les paires de jambes d'enfants, une marche une autre, accrochés à la rampe, en rang, ils rampent parfois, c'est fou ils rampent.
Une vague boule dans la gorge, j'élève ma voix en rond, la baisse, suivre la ligne, le rang de l'histoire. Contre un sommeil qui est si souvent agité.
Une vague boule dans la gorge, je prends l'enfant dans mes bras, qui pleure dans son sommeil. Et ce faisant, je ne tiens pas mon rang. Contre lui je prends l'enfant dans mes bras et le balance une main sur la tête, l'autre dans son dos.

N'acceptez pas qu'on vous fixe, enfants, ni qui vous êtes, ni qui vous serez.
Ne tenez pas le rang.

Une vague boule dans la gorge, je fixe l'enfant et lui susurre des mots inaudibles. Petit, je comprends seulement maintenant que la rencontre c'est aller contre le rang. Contre la ligne. Petit, bifurque de la ligne dès que tu peux, ne te fais pas de mal. Ne te cogne pas, ne griffe ni ne mors l'autre, sauf dans le plaisir, ne subis rien qui puisse te mettre la rage au coeur, petit, jamais, ne t'endors si dans ton sommeil tu croises des monstres, prends la traverse.

Va et rang-contre.
Tu seras libre.
Petit la rencontre.