mardi 24 septembre 2019

Intimité

Quand on oublie son corps sous les yeux de l'autre, quand il redevient un véhicule aimé et indispensable.

Quand on s'oublie sous les mains, dans le souffle endormi, quand on arrête de faire attention, quand on a fini de vouloir impressionner, attendrir ou rendre fou.

Pas quand on se dévoile ou quand on s'offre. 

Quand on s'appartient suffisamment pour ne plus avoir peur de mourir. S'incarne dans d'autre(s) à tout jamais, même si à la fin il y en a toujours une, quelle qu'elle soit.

Quand on n'est plus jamais seul. 
Quand on naît plus jamais seul.

Quand on se dissout pour mieux se ressouder dans la vue autre, cet autre qui nous distingue d'entre tous les autres, ne plus être un secret et continuer d'en avoir.

Connaissance profonde et intuitive des corps, patiemment élaborée dans les ombres des regards. 
Couche de poussière essuyée du plat de la main et envoyée aux quatre points cardinaux d'un souffle distrait. 

Quand tout et rien à la fois. 
Quand le cœur qui bat sans plus se serrer. 
Quand une marche et plus une course. 
Quand la beauté des réveils et l'abysse des silences.

Intimité. 
Quand je réapprend ce que j'ai oublié. 

BO. Finding Beauty, Craig Armstrong