lundi 2 septembre 2019

Devoir de vacance

Il me plaît ce mot. Vacance. 
Voilà c'est ça. La vacance. 

Capacité d'être vacante. S'en faire un devoir. 

Mais c'est quoi ? Dis, c'est quoi ? 

C'est s'allonger sur le toit, comme le chien du dessin, s'allonger sur le toit et laisser le ciel te couvrir comme une chienne disponible aux secrets des étoiles, aux murmures des chauve-souris, aux étincelles des feux de camp, c'est s'allonger sur le toit et laisser le ciel te couvrir de son voile moiré, en absorber les reflets dans tes cheveux, dans les duvets de tes bras et de tes cuisses.

La vacance est un devoir. C'est une gymnastique, un entretien de l'âme vers la disponibilité, vers la perméabilité.

La vacance c'est pas la vacuité, rien à voir et pourtant elles peuvent se confondre comme deux chiennes dans une meute. 
Sauf que l'une se laisse couvrir par les vapeurs du crépuscule en s'étirant, alors que l'autre fouille la terre avec son museau, en chasse et en sortant le cou. 
L'une se meut sans bouger, l'autre bouge sans mouver. 
Parfois c'est pas très clair. 

Parce c'est difficile.

Difficile d'être chienne sans laisse au bord d'un toit quand tombe la nuit. 
Difficile de rester immobile et attentive, toujours s'agiter, toujours. 
Difficile de penser le monde comme une paire de rails mal assujettis entre eux et lisses comme du diamant. 
Difficile de contempler le feu, d'y aspirer l'ensemble de ses couleurs quand tout crame autour. 
Difficile d'être au monde quand il ne s'appartient plus. 
Difficile d'être chienne au milieu des loups. 
Difficile de grimper sur les toits. 
Difficile d'être liquide. 

Tu as déjà écrasé une goutte entre tes doigts?
Et bien la vacance, c'est difficile comme ça. Et fragile comme ça. 

C'est sublime et désarmant comme une goutte d'eau suspendue à un brin d'herbe, à une toile d'araignée. C'est gracile. C'est un tout et c'est un rien. 
C'est ton reflet que tu y vois, c'est une chienne sur un toit qui se laisse envahir par les étoiles. 

C'est un devoir. 

BO. Shine on your crazy diamond, Pink Floyd