jeudi 15 août 2019

Le cahier

J'ai le cahier. Modérément épais, pas noir. Bleu et orange. On dirait une eau troublée de reflets. 

J'ai le cahier. Comme on pourrait dire " j'ai la balle !". Essoufflée. J'ai le cahier. On dirait une eau troublée de reflets, au fond algueux et louvoyant, il accroche des rayons de lumière dans sa vase.

C'est un joli cahier des marais. 

C'est un joli îlot où s'asseoir pour écouter les cigales, niquer les moustiques et sentir le mimosa, c'est un cahier de bord de rivière. 

J'ai le cahier et quand je regarde sa couverture, j'ai envie de me mettre nue et d'aller nager. Ce que finalement je fais. En écrivant dans le cahier.

Chaque mot est un morceau de peau découvert. Fond touché à chaque phrase, vase remuée, sable en suspension. Point. Je remonte. Sillage de bulles. 

C'est un joli cahier, qui accroche des fragments de lumière comme autant d'éclats d'or sur l'onde. 

C'est un cahier de matin calme, avec de la place pour s'y dénuder à loisir et s'y étendre de tout son long et s'y éprendre de tout son saoûl, c'est un tapis oublié à l'ombre des saules ou des pins parasols.

C'est un joli cahier avec de la place pour un souffle lent, fin des tranches, un cahier paysage, pour dire la paix des âmes et les morceaux de peau dénudée qui accrochent des fragments de lumière au moment du plongeon.


Tu te dis que j'aimais l'eau *, Dialogue in

Découpe tout doux, si tu tires dessus
Ça vient pas 
Décolle tout cool, si t'arraches le tout 
Ça fait pas beau 
Soulève tout lent et glisse les doigts dessous tout gentil, si tu fourrailles dedans 
Ça passe pas 
Recule tout smooth, si tu tombes dessus 
Ça glisse pas 
Plonge tout en surface, si tu force-brutale
Ça verrouille 

Tu te dis que j'aimais l'eau, à y tremper endormie, ceinturée d'écume et de relents de plumes de goélands, je me dis que t'aimais l'eau, à fendre l'onde comme un taureau de mer, si ça n'existe pas j'ai qu'à l'inventer, les forces des murmures de pouvoir chevauchent les cous puissants des taureaux de mer, après tout il existe bien des veaux, des éléphants, de mer, alors pourquoi pas des taureaux, 
Zeus, entre dans ce corps et possède 
Qui déjà ? 

Subreptice tout doux, si tu dévalises
Ça vient pas 
Entrave tout cool, si tu possèdes le tout 
Ça fait pas beau 
Effractionne tout lent et glisse les doigts dessous tout gentil, si tu défourailles
Ça passe pas
Donne tout smooth, si tu ne fais que prendre 
Ça glisse pas 
Murmure tout en profondeur, si tu rauques et grince trop fort
Ça verrouille

Tu te dis que j'aimais l'eau, à danser comme ça avec les poulpes et les hippocampes, je me dis que t'aimais l'eau, à y étancher tes soifs de sel et de vent, après tes guerres de Troie, et le besoin de fondre le plomb des muscles du taureau de mer et laisser tomber les gouttes d'encre Mercure sur des pages à remplir.

Je me dis qu'on aimait l'eau. 

Murmures de pouvoir. 
Pour voir.


*BO. M, Ma mélodie