vendredi 9 août 2019

God only knows

Il ne reste qu'une page, alors je te la dédie, comme il y a longtemps, mon ami, mon frère des forêts, mon complice, et plutôt trois cent trente trois fois qu'une, il ne reste qu'une page et je te la confie, avant un nouveau cahier ainsi qu'un secret de paysan que j'ai appris hier, penses-y quand tu hurleras à la lune et tu pourras prédire le temps rien qu'en la regardant, il ne reste qu'une page, une et pas trois cent trente trois, la moitié du diable on a eu et pas le diable tout entier, Dieu merci pensé-je en souriant, un verre avec une boule de cassis qui fond, mon ami, mon frère, mon complice des vents, tu serais ravi de me voir écrire dans la nuit, il ne reste qu'une page avant deux jours, deux et pas trois cent trente trois, ce demi diable qui me tient alors que j'écoute God only knows, cette coquine la vie, j'ai réalisé que je savais danser, je réalise que je sais écrire en mangeant une boule de cassis dans la nuit sous les arbres, je réaliserai trois cent trente trois fois ma révolution, God only knows que c'était diablement bon, tout, cette danse, cette dernière page, ce café renversé, ce mariage, ce quai de gare, diablement bon, ce secret de paysan, il ne reste plus qu'une page et ce secret sur la lune que je te confie, penses-y mon ami de sable, mon frère, mon complice, quand tu pousseras ton cri dans la nuit des forêts.
Je termine le cassis avec mon doigt, un œil sur la lune.