vendredi 2 août 2019

Under my skin

T'as ça dans le sang pas vrai, ça te remonte lentement sous la robe, comme une armée de fourmis qui te coloniseraient l'échine, ascencion face Nord, des fois ça te démange tellement que tu dois tout stopper net, tout stopper, et t'y soumettre sous peine de te gratter jusqu'à la fin des jours, t'as ça dans la peau, pire qu'un mec, rien à voir, pourtant les fourmis qui te grimpent sont de la même race, une race de désir en brassées fournies sa race, comme une eau qui bout, t'as ça dans le sang, on peut dire ça d'une dévoration, d'un mec-hamac, on dit l'avoir dans la peau, je préfère le dire à l'américaine, got it under my skin, voilà j'ai ça dans le sang, comme on peut dire d'un mec qu'on l'a sous la peau, comme une colonie de fourmis qui te remonte horizontal sous la robe, à croire qu'elles captent quand t'as rien dessous que ta peau, quand tu te balances dans le hamac, quand tu planes sous les cumulus, oui tu cumules, entre ton sang et ta peau, les fourmis te colonisent, comme les pattes de mouche en noir sur ta page blanche, il est trop fin ce cahier, t'as ça dans le sang pas vrai, ça te remonte comme un geyser d'extase alphabétique, comme une exhibition, un adultère textuel, qui te remonte sous la robe, comme au courant qu'elle ne recouvre rien que le dessous de ta peau, l'abri du mec-hamac.