samedi 27 juillet 2019

Drague Queen, Dialogue in

T'en connais des reines toi? Des vraies, avec les couronnes et tout le tremblement?
Donne-moi ta bouche
Impression
Un clin d’œil et un sourire dans
Une impression
Rien ne te résiste
Comme ça
Amoureux de la bouche
On a parlé des Queen le soir

Volé des frusques royales au musée

Impression
Laquelle?
Un sourire impérial
Soulève toi la reine
Contemple et souris
Plus bouger
Cette impression

L'ampleur de la
Définition
Racler, nettoyer le fond des rivières à la drague
Comme ça
Entre autres tâches
Souveraines
Sais ce que tu veux
Différence entre l'être et
Mentir la nuit
Fais moi
Tu sais pourquoi?
Pirater le corps
Le faire
Impression
Elles portaient la cape de la reine Victoria
Remercie les dieux
Parce que je sais rester triviale
Souverainement
Peinarde
Draguer le fond de ta rivière
Marcher dans l'espace 
Une impression comme ça


Loup Read

Tous mes livres, j'ai besoin de les lire au moins deux fois, la première lecture est toujours rapide, presque furtive et comme à distance, j'ai besoin de saisir le décor, l'intrigue, les caractères et tu as remarqué que le mot anglais pour "personnages" c'est le mot "character", j'ai besoin de deviner à grande vitesse ce qui caractérise l'histoire, j'y plonge tête la première et j'attends que l'histoire m'éclabousse, et puis quand j'ai fini, je me relève des pages et je reste un instant suspendue au plaisir qu'il m'a donné, au voyage qu'il m'a offert, je souris et je fume une cigarette allongée avec le livre sur le ventre ou sur les yeux, comme un sombre héros, tous mes livres, je ne les ai jamais lu moins de deux fois, impossible de faire autrement, ils m'absurdent, ils m'absorbent, ils m'enfoncent dans les matelas et me retournent dans tous les sens pour certains, ils me prennent et m'emportent, j'ai besoin de les rouvrir et d'y retourner en affamée des phrases, j'aime les mots, parfois je me relis des passages à voix haute, pour le plaisir de l'écoute, à chaque fois je découvre un passage secret, même après de multiples lectures, il y a toujours un truc à lire, à lier, alors je le rouvre, je lui caresse la tranche et j'y retourne. 
333 fois si ça me chante, t'as dû comprendre que j'aimais lire...