lundi 15 juillet 2019

Les mains dans les poches

Et on ira danser tu verras, sous la pluie des feux d'artifice, un jour il n'y en aura plu des feux d'artifice et ce sera tant mieux, même si je les regretterai, on ira danser tu verras, sous la pluie d'étincelles et on le sentira, le feu dans nos poches, toi la chemise, moi le jean, on le sentira sous nos semelles, on ira danser yeux fermés, noyés dans la foule, enfouis pour quelques minutes d'éternité finissante et on collera nos poches, toi la chemise, moi le jean, on ira danser sous un pont illuminé et noir de monde et on respirera nos saveurs épicées et minérales, on ira danser sous la pluie des feux d'artifice et on sera nus sous nos vêtements tous les deux et on mettra la main de l'autre dans nos poches, moi le jean, toi la chemise, sous la pluie éteinte ds feux d'artifice et dans le vide qu'aura laissé la foule en quittant l'espace et le temps, on dansera encore sans s'en rendre compte, leseétincelles nous couleront dessus comme une pluie, la musique nous enveloppera encore et on dansera comme on vit, les mains dans les poches.
Toi la chemise, moi le jean.


La boite à bisous

J'ai reposé la boite à bisous dans la nouvelle voiture, elle me foutait le cafard cette nouvelle voiture, avec son odeur de neuf et de plastique que j'ai vite chassé à grand renfort de fumée et d'huiles essentielles, j'y ai remis toutes mes affaires et sur le dessus, collée, une petite boite en carton blanc, comme une grande boite d’allumettes, toute décorée, avec des paillettes, une jolie écriture sur les tranches, elles s'appliquent les animatrices des centres de loisirs, quand elles écrivent les noms des enfants de maternelle sur les cadeaux qu'ils vont offrir à leurs mamans le soir, j'ai oublié ce moment où mon petit, ce grand garçon déjà, m'a offert cette boite, il m'avait dit de ne pas l'ouvrir, qu'il y avait un trésor dedans, et je lui avais obéi, je l'avais collée dans ma voiture, pour l'avoir toujours sous les yeux quand je conduis, sur une tranche était écrit son prénom, Tom, mon petit homme pirouette cacahuète, sur l'autre la fonction de la boite, "boite à bisous", mais comme je ne devais pas l'ouvrir, je n'ai pas regardé s'il y avait un bisou à l'intérieur, je suis restée assise dans la voiture qui sentait le neuf, à regarder la boite à bisous, à observer une ou deux paillettes qui s'étaient décollées, elles sont tombées sur le tapis neuf de la voiture qui sentait le neuf, j'ai allumé une cigarette après avoir trié deux-trois trucs, pour chasser l'odeur de neuf, et pour souffler, je n'aime pas les tris, j'aime tout garder, mais c'est pas toujours possible, il faut savoir se délester, et donc j'ai calé la cigarette entre mes lèvres et je me suis servie de mes deux mains pour faire glisser le petit compartiment de la boite en carton, quelques paillettes encore qui tombent, j'étais sûre d'y trouver un bisou, comme Peter Pan qui prend le dé à coudre de Wendy pour un baiser, et qui reçoit un dé, sous la forme de ses lèvres déposées sur sa joue, Peter lui donne un baiser à son tour, un gland qu'elle finira par porter autour de son cou et qui lui sauvera la vie, j'ai fait coulisser le petit compartiment de la boite et dans le fond, non pas un, non pas deux, mais trois bisous de la bouche de mon petit, ce grand garçon, posés sur un lit de paillettes scintillantes, ces petits bisous posés au rouge à lèvres, elles s'appliquent les animatrices des centres de loisirs quand elles mettent le rouge aux lèvres des petits pour qu'ils embrassent les morceaux de papier destinés à leurs mères, trois petits morceaux de papier bleu, avec la marque des lèvres de mon petit, ce grand garçon qui grandit et qui devient plus pudique, la boite à bisous doit avoir deux ou trois ans et jusqu'à ce jour, j'avais respecté le vœu de mon petit, ne pas l'ouvrir, je crois que je ne lui dirai rien mais j'ai pris ces trois petits morceaux de papier, je les ai embrassés et j'ai soufflé ma fumée dessus, histoire qu'ils ne prennent pas cette putain d'odeur de plastique neuf.
En reposant la boite, j'avais une petite trainée de paillettes sur les doigts, de la poudre de fée, sans doute.