mercredi 12 juin 2019

Grain de fraise

Une pour le panier
La vache, la saveur oubliée des fraises... Leur rougeur. Intense. Brillante. Leur garce rondeur, un peu plus et je les aurais sans nul doute toutes englouties.
Une pour le panier
Devant mes lèvres rouges, se demander si c'est du sang ou le jus de ces fraises qui perle de cette gerçure lilliputienne.
Une pour le panier
Je suis repartie trois quatre minutes, chevaucher les nuages en forme de poules, puis de dragons, puis de je ne sais pas trop quoi, les grains des fraises coincés entre mes molaires, j'avais oublié, j'en mange plus, là où je vis, on pourrait croire que rien ne pousse, et heureusement je connais un gars qui me prouve le contraire. Dans son jardin, je cueille les mûres sur les arbres, les framboises et les fraises dans ma bouche putain....
Une pour le panier
Voilà bien un truc supplémentaire que je mettrai dans la sacoche de selle de mon cheval à bascule, des fraises, des framboises et l'arbre aux mûres.
Une pour le panier
Pose tes mains sur tes genoux, ferme les yeux et respire le vent qui t'envoie l'odeur sucrée des tilleuls, si fondante que tu pourrais t'évanouir dans sa liqueur odorante et partir chevaucher avec moi les nuages en forme de poules, le dos collé à la caravane bleue nuit, t'y fondre et disparaitre, on ne retrouverait de toi, qu'un grain de fraise échappé de ma voracité, et l'impression d'un sourire, tout de suite lavé par l'orage suivant.
Une pour le panier
J'ai hésité entre le sang et le jus des fraises et puis j'ai décidé qu'on s'en foutait. La pluie a écrabouillé le ruban suave des tilleuls et l'a collé dans l'herbe comme un gars trop entreprenant, les nuages en forme de poules, ou de dragons se sont esquivés sous la menace du tonnerre. On a remballé les fraises, les framboises, les mûres qui poussent dans les arbres. 
J'ai passé la langue sur mes lèvres.
Deux pour moi