mardi 26 mars 2019

Sans filtre

Je ne saurais dire pourquoi la lecture de ce manuscrit m'a tant touchée, sans doute parce que je crois toujours que les romans ne sont qu'une extension de la vie de leurs auteurs, je n'arrive pas à imaginer que les histoires contenues dans les mots sont de pures inventions, j'avais écrit à l'Au. "je n'ai pas de silencieux" , entends par là que je n'ai pas de filtre pour plein de choses et que, donc, il est des choses que je saurais concevoir intellectuellement, mais pas du tout emotionnelement, et je ne saurais dire pourquoi, mais ces mots de Bataille, écrits à la main m'ont profondément touchée, comme tant d'autres mots écrits par tant d'autres mains, c'est vrai que les filtres sautent encore plus à la découverte de la graphie personnelle de leur auteur,  ils prennent un supplément d'âme et je ne saurais dire pourquoi il m'est impossible d'imaginer qu'ils ne soient que pure invention.

Georges Bataille [Lord Auch], Histoire de l'œil, 1927.