mercredi 20 mars 2019

La somme des mes emmerdements

J'ai relu, pas tout, j'ai changé deux-trois trucs je pense, désormais je ne voudrais pas qu'on me rende ces années où je me suis emmerdée pour rien, je crois que c'était pas pour rien, finalement, je crois que derrière la somme de nos emmerdements, il y a une finalité, ce je-ne-sais-quoi d'utile à la grandeur de l'âme, à son vieillissement et à sa sagesse, je lis, j'apprends, j'aime les histoires de Marielle et de ses enfants, la Punkette, la Rebelle et l'Italien, j'aime sentir ses promenades aux bords des rivières, j'aime m'interroger dans ses questions, j'ai relu, pas tout, qui est cette jeune fille, qui est ce moi derrière moi, qui est cette vamp, cette petite chose, ce dragon, cette femme double, c'est moi qui m'adresse un sourire dans le miroir, l'image actuelle est floue, peu importe, elle palpite et je crois qu'un jour j'aurai la couleur de la somme de mes emmerdements, une couleur sacrément franche, je peux te le garantir, j'aime pas trop les tons pastels anyway, je lis, je voyage, et je trouve ça sacrément punk finalement de voyager sans bruit, ni mouvement, et les contrées que je parcours ont les doux noms de la Casamance, du Zambèze, de Guadalcanal, de Trieste et du Bosphore, tous lieux où je crois bien que jamais je n'irai, parce que l'avion, la pollution, les gaspillages en tous genres et qu'ils sont doux comme ils sont dans mon imagination, en tous cas, leur absence de matérialité n'est plus un emmerdement, voilà le vieillissement de mon âme, et ma sagesse, un jour prochain je me mettrai à léviter, non faut quand même pas déconner, ou alors si, mais dans les bras de l'Amoureux, ou des Amants, qui sait, ou en lisant Marielle et ses promenades et ses coups à boire et ses coups de tête, et si tu lis ceci et que ça te donne une sensation de voyage, je te conseille la bande-son, Brad Mehldau c'est un maître en lévitation intérieure, il suffit de fermer les yeux, de basculer ta tête en arrière et de laisser glisser, à ce moment là, tu changes deux-trois trucs et tu te prends à croire que derrière la somme de tes emmerdements, il y a un je-ne-sais-quoi utile à la grandeur de l'âme.