jeudi 14 mars 2019

Mariage du canard et du lapin, dialogue in

Ça farfalle* dans tous les coins dis-moi,
Pourquoi tu restes en arrière?
Le vent se lève
M'a gratté les omoplates à m'en arracher la base des ailes,
Ça aide à sortir, parfois faut
Forcer un peu
Toujours douloureux un membre qui repousse
Lapin, tu peux compter sur moi
Sourire entre nous, tu sais
Je sens que tu me
Lisses les plumes
Nez en l'air, les yeux sur le vol des oiseaux
Tu farfalles non loin du terrier
Et tu te demandes pourquoi désormais
Quand tu fumes,
Ça te brûle
Tu viens pas?
Regarder les canards sauvages avec moi
Faut dire qu'un lapin volant on a rarement vu ça
Pas plus qu'un canard qui farfalle tranquille dans les coins

Faut croire qu'il faut se faire à l'idée de grandes transformations pour les années à venir, de profondes et invisibles trouées, des qui mettront des générations à pousser de sous terre, et au prix de mille batailles, personnelles et collectives, pour sortir enfin des trous dans lesquels nous sommes enterrés vivants et maintenus à coups de LBD, d'injonctions débilisantes et de menaces d'une vie encore plus intolérable.
Faut croire qu'un lapin à qui il viendrait l'idée de pousser des ailes, ça serait vraiment le pompon, mais tu vois, tout est possible en ces temps troublés et tous les moyens sont bons pour chercher comment faire pour aspirer une petite goutte de liberté et si ça me chante à moi de me faire pousser des ailes, je vois pas ce que tu aurais à y redire. 


*Watership Down, Richard George Adams