lundi 14 janvier 2019

S'en foutre, Dialogue in

Comment ça t'as pas de travail?
Tu t'en fous?
T'as reçu la lettre?
Je m'en fous
Un peu plus de place
Je m'en fous
Un peu plus de sens
Tu t'en fous?

Sans mentir, il y a tant de choses essentielles, parmi un tas de fange infecte, des tonnes et des tonnes de merdes à trier dans nos vies, et ça se fait pas en deux ou trois jours, et il ne s'agit pas que de vouloir, franchement ça se saurait si la seule volonté produisait des effets, la preuve, tout ce que tu veux tu ne l'as pas forcément et c'est pas faute de le vouloir très fort, à t'en faire exploser la panse de soucis ou la tête.
Tu t'en fous?

Oui.
Je m'en fous.

De plus en plus, je m'en fous, de tout ce qui me semblait important, sinon indispensable pour vivre, je vieillis je crois, et ne compte pas sur moi pour te sortir tout le tralala des valeurs simples et de la sobriété, même si, j'admets...
De plus en plus, je m'en fous, de tout ce qui ne résonne pas avec cet espace de terre en moi, je m'en fous de tout ce qui m'éloigne du genre humain, de tout ce qui n'est pas essentiel à ce que je considère être proche du bonheur et de la joie. 

L'amour
Tu t'en fous?

Presque. 
Parce que je perçois que l'amour prend des directions multiples, des affections différentes quand elles ne sont pas divergentes les unes des autres. Parce que oui, tu peux considérer que je m'en fous quand je te dis que le seul amour dont je puisse être assurée est celui que je donne et non celui que je reçois, alors, vu comme ça, oui
Je m'en fous
J'aime recevoir de l'amour, autrement ce serait mentir. Mais pas que. Le don d'amour est précieux et résonne, vanité des vanités, dans les battements de mon cœur, maintenant et pour toujours j'espère. 
C'est cette multiplicité d'amour que j'aime, l'amour pour les miens, celui si particulier que j'adresse à mes morts, si différent de celui que j'envoie à mes vivants, qui eux-mêmes s'éloignent les uns des autres parce que la texture de mon amour pour eux est différente pour chacun d'eux, comme  un plat particulier. 
Impossible de s'en foutre.
Voilà.
De ça, oui. 

Je ne suis pas quelqu'un d'intelligent, ai-je reconnu devant un bon verre de vin cette semaine. 
Je m'en fous.
J'ai autre chose, je crois, cette capacité d'amour qui m'accompagne et tisse les liens qui me nouent à mes vivants comme à mes morts et me permet, faute de savoir, d'établir des relations durables et profondes, vivantes et disponibles.
J'ai autre chose, je crois, cette formidable faim d'altérité qui m'attache au savoir, à la connaissance, à la  compréhension, au doute, à la question et aux réponses, au changement comme à la permanence, aux mots comme au silence, aux racines comme aux branches.
Tout le reste, c'est vrai, je crois
Je m'en fous.