vendredi 27 septembre 2019

Petite infidélité

Retrouver mon clavier, infidélité au stylo, parfois ça chatouille comme il faut au bout des doigts, et j'aime bien quand ça danse, quand ça va plus vite, le petit tac tac tac tac des touches survolées du bout des lèvres, parce que j'écris plus lentement que je ne tape, j'aime pas ce mot taper, que je pianote, c'est mieux. (va te faire foutre)

Et puis je vais essayer aussi de garder ma voix intacte (va te faire foutre), et me vient à l'esprit que mes enfants adorent mes imitations des leurs dessins animés, répliques par cœur dans ma mémoire d'éléphante, un stand up familial.

La petite infidélité, la plus petite, traduit toujours un truc, et on fout sous le tapis tous les pourquoi qui nous les brisent menues et on va se coltiner le comment. Comment ça se passe dans la zone? (va te faire foutre). Ça se passe toujours bien, toujours, mais dans une fenêtre de tir extrêmement serrée, fine comme du papier à cigarette, et si tu tires mal, tu déchires et à partir de là...

Et puis je vais essayer de laisser glisser les rayons maigrelets du soleil d'automne (va te faire foutre), en n'oubliant pas les pluies d'essence qui tombent à quelques centaines de kilomètres et contre lesquelles je ne peux rien, à part réprimer cette nausée qui me prend et cette envie de couper des têtes.

La petite infidélité n'est rien je me dis, par rapport à la grosse infidélité, celle qui consiste à tromper un peuple entier, non des peuples entiers, et de les conduire tranquille jusqu'à leur tombe (va te faire foutre), sans que ça défrise d'un poil leurs moustaches lustrées de connards.

Alors peut-être que j'ai pris le clavier tac tac tac tac tac tac pour me calmer les nerfs, alors que le boulot (va te faire foutre) m'attend comme un amoureux qui aurait trois heures d'avance au rendez-vous, il risque de poireauter longtemps vu que j'ai pas encore pris ma douche et que je crois que le tac tac tac tac n'est pas suffisant pour me calmer les nerfs, qu'il me manque un truc, un truc vital, un truc viral et pas de ces conneries de respiration méditatives, non non un truc tripal, un truc trivial.

La petite infidélité qui te d'équerre pour te confirmer que tu les enverrais bien...
Bref.

BO. Little girl blue, Janis Joplin

Aucun commentaire: