samedi 8 septembre 2018

Autour de la table

Non mais sérieux, t'y crois toi à cette journée ? 
Qui se termine par un truc improbable. 
Tout vaut mieux que de dormir dehors. 
Et le désarroi face aux pleurs de celui que tu côtoies tous les jours sans le connaître  
Et tu les connais toi les gens que tu côtoies ? Parce que je me rends compte à cette heure précise que les gens que je connais ne sont pas ceux que je côtoie et inversement. Vertigineux. Mais le désarroi que je côtoie ce soir m'est infiniment plus triste et difficile que celui que je connais et la nuance mérite qu'on s'y arrête deux trois minutes tu veux bien ?
J'y côtoyé plein de monde, autour de la table aujourd'hui, peu à connaître, on ne connaît pas vraiment en représentation. Je connais beaucoup de monde et beaucoup me connaissent, et nous côtoyons nous pour autant? Il faudrait y réfléchir. Tout le temps. Car le désarroi n'a pas de filtre. Et qu'à tous les coups, il me touche. Bref.
Je lui ai dit à l'homme que je côtoie mais que je ne connais pas, je lui ai dit tout vaut mieux que de dormir dehors. Il y a des gens que je n'ai pas envie de connaître. Les côtoyer me suffit. Et cette pensée me transperce par sa dureté. Il y a des gens que je n'ai pas envie de côtoyer. Parce que je les connais. Et cette pensée me transperce par sa transparence.
Autour de la table aujourd'hui, un improbable mixage. Qui donne à réfléchir. Et qu'est-ce qu'un forum après tout, si ce n'est la réunion de multiplicités d'existence qui se côtoient sans se connaître et peut-être, inversement.