mercredi 11 octobre 2017

Avec vue sur la tour eiffel

Je me suis dit je suis vraiment bien ici. Ici et maintenant. La lumière était presque parfaite. Tu vois, on ne se refait pas. Quand bien même on le souhaiterait. Et il y a vraiment des musiques adaptées pour toutes les situations. Je marchais dans ce parc et les feuilles tombaient doucement. C'est curieux les écouteurs. Ça m'a mis dans un silence ouaté. Je murmurais les paroles d'American Woman. Et ma tête était comme sous l'eau. Je me disais je rajeunis. Je retrouve ce flottement. Qui me fait regarder la trajectoire d'un sac troué, suspendu entre bitume et azur, comme le linge aux fenêtres d'un ciel provençal. Sur le requiem, j'ai pensé à mes morts. Et j'ai revu le visage d de cire de mon Gabin à moi. Mon vieil oncle éparpillé sous son masque mortuaire. Et j'ai marché la lumière parfaite. Et en banlieue on a de ces vues magnifiques. Les tours il faut bien qu'elles aient au moins un truc pour elles. Et ce gamin sur son vélo. Deveundra Bahnart et il a ouvert les bras alors que le ciel se voilait subitement. Je suis bien ici je me suis dit. Je marche pieds nus sur l'herbe du parc d'où j'aperçois la tour eiffel et le château de Vincennes. Ici et maintenant. Je pense à toi. Je pense que je rajeunis. Et la lumière est plus que parfaite.