mercredi 4 octobre 2017

Le saut

C'est bon comme un pinot noir, ça passe crème de la butternut jusqu'aux figues, avec un survol de la sauce gribiche et des pommes dauphines.
Une soirée passée à comprendre, ou tenter le grand saut et ce qui se trame derrière comme histoire. Ou devant, c'est pas bien clair l'espace temps vois-tu. Et les fantômes vivants sont denses et volatils. Comme des fantômes vivants quoi. C'est pas compliqué. C'est comme du pinot noir. C'est simple comme écrire dans le noir à l'ombre de l'amoureux endormi. De revoir, les yeux du Number Two s'étrécir lorsque les miens se sont voilés, embués. Il nous faut une dose de tristesse à moi et à Number Two pour écrire et c'est pour ça qu'il n'écrit plus. Il est heureux. De la butternut juqu'aux figues. Et moi, je glisse comme un pinot noir, tout terrain dit-il. 
Alors oui, je passe la passe difficile. Je saute par-dessus la sauce gribiche, tant pis. Et puis merde si je suis trop balèze question échelle émotionnelle. Je me sens seule, je lui ai dit. Et tellement puissamment que ça dévaste tout. Et c'est pas passé crème. Du tout. Mais j'y peux rien. Pour moi c'est si évident cette houle, j'aurais dû manger le lieu sauce beurre orangé. Pour la houle tu vois?
Mais non c'était bien aussi. C'était bon. Ces fous rires. Ce wax à lunettes quelle marade. Parmi tous ces creux à franchir, tous ces vides tout pleins de mon âme. Un saut d'un souvenir l'autre. 
Et oui je te l'apprends, il faut un abandon hors du commun pour vivre cette expérience de la langue passée sur l'oeil. Cet abandon, chez moi, ça passe crème. Et d'accord j'ai pas fait exprès de vous faire pleurer, chacun d'entre vous, pardon, j'ai envie de te faire pleurer encore, histoire de me dire que je suis une sorcière dont la magie réside dans son côté pinot noir, ça passe avec tout. Les montagnards, les poètes, les rêveurs, les brutes au grand cœur, les intellos.Je suis une amoureuse tout terrain. Je suis une maîtresse de la butternut jusqu'aux figues. Une cascadeuse du cœur. Ce soir, je saute.
T'inquiète pas, j'ai du filet, et il reste quelques gouttes au fond de la bouteille de pinot.
Juste assez pour se (re)prendre courage. Avant ou après le saut. C'est selon.