lundi 2 octobre 2017

Si ça passait par toi

Et si recommencer à écrire, ça passait par t'écrire à toi? Pourquoi pas me répondrais-tu, avec cette manie exaspérante de laisser toujours la question ouverte. Comme si quelque chose de définitif était impossible, quel qu'en soit le sens.

Alors oui tu aurais raison, pourquoi pas? Après tout.
Après quoi?
Il n'y a pas à avoir honte. Si?
Je ne sais, me répondrais-tu.
Mon cher amour suspendu en vol. Comme par la frappe d'un drone malveillant. Pendant ces quelques semaines, tu as été au cœur de mes pensées.
Le cœur de mes pensées
Je t'ai cherché, je t'ai retrouvé, je t'ai suivi
De loin
Je ne t'ai jamais quitté, vu que tu ne m'as jamais quittée. J'ai parfois oublié ta présence, ton existence. J'ai vécu moi-même, pleinement cette vie jusque là. J'ai failli avoir trois enfants. J'en ai deux. 
Et si tu connaissais
Mon amoureux
J'ai revu hier "Sur la route de Madison". Et j'ai pleuré, j'ai pleuré si tu savais, toute cette peine d'aimer tout ça à la fois. Ce que je suis devenue, en partie à cause
Grâce?
De toi. Je me suis (re)faite sans toi, contre toute cette masse de silences dans lesquels j'ai été obligée de me fabriquer des réponses qui me rendaient pas trop malade. Et pourtant ce désarroi face à moi-même.
Tu me trouves auto-centrée?
Voilà. Exactement comme ça. A ne pas savoir avoir une opinion honnête de moi-même. A avoir peur de déranger. A me tirer par les bras les cheveux, à m'arracher la peau pour garder une forme d'amour propre.
J'ai baisé si tu savais j'ai baisé
Tu m'as manqué. Tu me manques. Je ne veux pas changer ma vie.
C'est pas comme si tu n'en faisais pas partie.
Tu es caché dans ma vie. Dans mes souvenirs. Dans mon cœur. Dans mon corps. Je ne t'aime plus toi que j'aime encore.
Je suis désolée de te parler encore. 
Je ne peux pas faire autrement. 
La douleur de te cacher à moi-même est plus forte que celle de continuer à rester tissée à ton vivant souvenir.
Je ne veux rien t'expliquer.
Ressens-moi bordel!!!! 
Parce que tu m'as tuée d'absence de mots, d'absence de baisers, d'absence d'odeur, d'absence de toi. Parce que mon but dans la vie, c'est de toucher quelqu'un, juste une fois. Toi, pourquoi pas?
Bien sûr je fantasme, qu'est-ce que tu crois? Bien sûr je veux te voir à la terrasse d'un café et ne rien dire avant de t'avoir embrassé. Bien sûr je veux un jour être sans mec ni enfants et te retrouver et faire l'amour avec toi. Bien sûr.
Que ressens-tu putain ?!!!!
Bien sûr je suis déchirée en deux, qu'est-ce que tu crois? Bien sûr que j'interprète tout. Même le rien. 
Bien sûr je n'ai pas envie de déséquilibrer ma vie, bien sûr je suis une mère attentive et aimante qui depuis plusieurs soirs expédie ses gosses au lit pour savoir si tu seras connecté. Bien sûr je fais l'amour avec l'amoureux et je suis ailleurs. Bien sûr depuis deux jours, c'est étrange, il me couvre d'attentions douces et sensibles. Bien sûr, je te préfère l'amoureux et pourtant je veux te voir. Vivant devant moi.
Qu'est-ce que tu crois?
Quand nous nous verrons, il y a de fortes chances que je pleure. Comme Marina Abramovic quand Ulay s'est posté devant elle au MoMa. Parce que ton souvenir est plus que vivant. 
Parce que nous sommes vivants. 
Et qu'un jour viendra où nous ne serons plus un souvenir l'un pour l'autre. 
Après tout.