mercredi 22 avril 2009

Happy birthday dearest...

J'ai eu vingt-six ans il y a une semaine. Bon. J'ai vieilli d'un coup. Et je te vois sourire en coin... Commence pas à te foutre de ma gueule, ça va!! Je t'emmerde. J'ai passé le jour de mon anniversaire et les quatre précédents, et les trois suivants avec des jeunes (ouais ouais t'as bien lu), des jeunes, autrement dit, des qui ont presque dix ans de moins que moi, des qui avaient pas dix ans quand je commençais à aller en manif, des que je voyais traîner leurs guêtres le matin, alors que moi je pétais le feu, des qui me mettaient la honte, quand j'allais me coucher la première, des qui m'ont fait comprendre que commencer à vieillir, c'est quand tu te rends compte que t'es plus du matin que du soir, que passées 23 heures, tes yeux commencent à piquer, tout comme ton nez d'ailleurs.
J'ai eu un an de plus il y a une semaine, et une personne en moins pour m'embrasser, toujours le même depuis décembre cherche pas. Et personne en fait ce jour là, je n'étais pas là, j'étais là où j'avais pas choisi d'être, j'étais dans un endroit stratégique, avec d'autres, pour apprendre un nouveau métier, les enfants. Ce que ça m'a fait chier, tu peux me croire, de n'avoir pu embrasser, ni remercier personne parce que j'ai même pas eu le temps d'écouter tous ces chouettes messages qu'on m'avait adressé pour mon jour à moi.
J'ai pas eu mon jour à moi il y a une semaine. Et ça sonne comme un caprice mais merde. J'ai eu les boules, tu peux me croire.
J'ai vingt-six ans depuis une semaine et j'ai du mal à me remettre de cet enchainement de trois semaines ininterrompues de travail, j'ai les yeux d'un vieux coker avec le truc jaune aux coins, j'ai un rhume et ça me gène quand je fume.

Quelle chierie!