mercredi 8 octobre 2008

Tu dors..?

Il faut quand même savoir une chose. Cette nuit, j'ai fait semblant de dormir. Oui oui cette nuit, cette fameuse nuit. J'étais fatiguée, ça oui, bien sûr que je l'étais. Mais pas au point de m'endormir dans une maison inconnue non non, quand même pas. Surtout après une belle soirée. En réalité, ça m'aurait bien plu de m'endormir. Mais...

J'étais éveillée. Il faisait sombre. Il était allé faire je ne sais plus trop quoi dans la cuisine - lumière blanche, une ampoule au plafond. Je me suis allongée sur le lit - diode bleue (une enceinte je crois)- et puis j'ai fermé les yeux. J'aurais aimé être réellement endormie. Mais voilà, je ne m'endors pas chez un garçon qui me plaît la première fois qu'il m'invite chez lui.


Il est revenu de la cuisine -extinction de l'ampoule blanche, diode bleue. Il a dû me poser une question, à laquelle je n'ai pas répondu. Je n'avais pas envie de parler. Parfois, les mots n'expriment plus rien. J'ai appris à leur préférer le silence. J'ai gardé mes yeux à demi-fermés. Mes cils formaient un voile qui maintenait l'atmosphère de la pièce bleutée - diode bleue (enceinte sans doute)- dans une brume incertaine.

J'étais éveillée. J'ai vu sa forme sombre s'asseoir au sol. Son visage, que j'imagine fermé, tourné vers moi, incliné vers le sol, je ne sais pas. Je suis si myope. Assis au sol, il a roulé une cigarette dans le noir. L'a allumé -flamme, un éclair sur son visage sombre de barbe- et l'a fumé en regardant, parfois moi, parfois autre chose.

Je ne dormais pas et j'avais du mal à maintenir une respiration égale. Je m'amusais bien, je l'avoue. Tenter de percer ses yeux noirs quand il tirait sur son mégot -point rougeoyant, d'un coup les yeux s'embrasent- et me demander si les miens brillaient. Je l'entendais souffler la fumée et j'aspirais en même temps. Je fume beaucoup. Même la fumée de la cigarette des autres.

Il faut quand même savoir une chose. Quand il a bougé, j'ai sursauté -un scintillement, la médaille autour de son cou peut-être- au fond, j'ai sursauté. La chaleur d'un coup. Le cœur qui bat tant que je n'entendais plus que ça. Il s'est rassis. Une autre cigarette? je ne sais plus.

Je faisais semblant de dormir. Peut-être dormais-je un peu. Finalement.

Avant de se pencher sur moi, il a éteint la diode bleue -noir de la pièce, stries des lumières de la rue, volets en fer, une voiture, puis rien- et la forme noire de son corps s'est approchée de moi.

Un baiser dans la nuit à celle qui dort. Je ne dormis plus. De toute cette nuit.