jeudi 11 septembre 2008

La nuit face au ciel

"Nourris ce qu'il y a dans ton esprit et ce qu'il y a dans ton cœur et ne laisse pas l'un dévorer l'autre. Ainsi, tu ne seras jamais prisonnière.

Jouer avec les sentiments, c'était tresser la corde pour se pendre. Au mieux, c'était clouter les lanières du fouet et remonter sa chemise.

Ça ne m'empêche pas de me sentir joyeuse car j'écris ces mots dehors, dans une nuit magnifique et je sens le ciel m'aspirer (...)

La route n'est pas si longue mais elle ne finit jamais. Eviter un obstacle, c'est aller au-devant d'un autre. Il n'y a rien de solide sous nos pas.

Et moi non plus, je ne savais pas ce que je ressentais. C'était tout blanc. Ni dégoût, ni colère, ni tristesse. Comme ce vide avant la douleur quand on se blesse quelque part, sauf que ça durait.

Je fouillais mon esprit pour comprendre ce qui n'allait pas mais ça ne servait à rien, il y avait toujours un moment où tout s'éteignait."

Lent Dehors, P. Djian