mardi 22 juillet 2008

Une nuit...

Et dans la maison endormie, tout était mort. Les enfants étaient couchés, on entendait voler les mouches et s'élever les respirations. La grande colo avait fermé les yeux et la lumière était éteinte. Dehors, la nuit de juillet suivait son cours de torrent gelé et ce n'est que vers une heure du matin que la lune consentit à surplomber la montagne. Ils dormaient tous côte à côte, les grands enfants, les plus grands, encore tous habillés devant un film auquel ils n'avaient pas résisté. Ne subsistait que la lumière pâle de l'écran et l'ombre de la fumée s'élevant dans la pièce, enveloppant ce moment d'une brume épaisse et chaude.
Comme un sentiment de déjà vécu. Être simplement présente à l'instant, sentir l'expiration de fumée sur fond blanc.
Comme un écho lointain résonnant dans la vallée.