lundi 19 mai 2008

Le bleu est-il une couleur froide?

"Le ciel était bleu, complètement bleu,
on pouvait voir la chaleur onduler au ras du sol,
on avait envie de fermer les yeux, pas forcément de les rouvrir...

Il y avait juste un peu de lumière qui dégoulinait
autour des volets tirés et qui rampait sous la porte,
mais c'était suffisant.
La journée s'étirait, il n'y avait pas de repère
tant que le soleil restait suspendu tout là-haut."*



C'est ça, parfaitement. L'impression que c'est sans fin.

Mais commencée depuis si longtemps que vous l'avez déjà oubliée. Votre matinée.
Quand a-t-elle commencée? Il y a si longtemps.

Le temps semble s'être longuement allongé, de superbes et longues jambes qui n'en finissent pas de s'étirer mollement sous le bleu impitoyable.
On dirait du chewing-gumm, c'est pas possible de s'étirer autant, avec tant d'ostentation.
Pour le mâcher, ni force ni envie.
Peut-être le tirer entre ses doigts et jouer avec, l'enrouler un peu ce truc collant qui n'en finit pas de s'allonger, passer ses mains sous la table, est-ce que je vais en trouver un, tout dur et rabougri? Tiens, non, c'est vrai les chewing-gumm ne se collent que sous les tables d'école...

C'est un temps à prendre la voiture, une voiture, n'importe laquelle et puis toutes fenêtres ouvertes, faire cracher le moteur sur autoroute, non?
Et puis s'arrêter seulement au crépuscule, avoir transpiré sur le siège de la voiture, difficile de s'en extraire. N'est-ce pas petit chewing-gumm? Alors reste un peu, ouvre ta portière et étends tes jambes vers le sol irisé.

Ambiance mi-Morricone mi-Pink Floyd..
Ambiance coffee and cigarets...
Ambiance lézard et crépi...

Et les doigts de la chaleur du sol qui explorent les jambes étendues. Le bleu de la fumée qui monte se confondre avec l'embrasement du ciel.

Il reste encore du bleu, un peu plus loin vers la ligne d'horizon, qui résiste, à croire que ça n'a pas suffi aujourd'hui tout ce bleu dans la gueule...

*Bleu comme l'enfer, P. Djian